- A la une, Actualités, Afrique, Economie, Mines, Mines & Environnement

Tebboune recule sur les charges de l’Algérie face à la chute des cours du pétrole

Face à la dépendance de la rente pétrolière, dont la société étatique Sonatrach est le pilier principal de l’économie algérienne, le nouveau régime de Tebboune a pris des mesures drastiques suite à l’effondrement des cours du pétrole à travers le monde. 

L’Algérie a décidé dimanche de réduire ses dépenses publiques et de revoir sa politique économique face à l’effondrement des cours du pétrole, principale ressource du pays, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

L’Algérie a ainsi décidé de réviser à la baisse de 30% du budget de fonctionnement de l’Etat -sans pour autant toucher aux salaires des fonctionnaires- ainsi que la réduction de la facture des importations de 41 à 31 milliards de dollars (38 à 28 milliards d’euros).

À l’issue d’un conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, il a été annoncé aussi que l’Algérie n’aura plus recours aux cabinets d’expertise étrangers afin d’économiser 7 milliards de dollars (6,5 mds EUR) par an, selon un communiqué de la présidence.
Le géant pétrolier Sonatrach, première entreprise publique du pays, devra « réduire de 14 à 7 milliards de dollars (soit de 13 à 6,5 mds EUR), les charges d’exploitation et les dépenses d’investissement afin de préserver les réserves de change », selon l’AFP citant les autorités algériennes.

En revanche, le gouvernement a souhaité ne pas toucher au secteur de la santé, pandémie oblige, ni à l’Education. Pour chercher d’autres sources de financement, le gouvernement a décidé notamment d’augmenter la production d’engrais, de sursoir à certains projets -en particulier de centrales électriques-, d’accélérer le recouvrement des impôts et taxes ainsi que des crédits octroyés par les banques publiques.

Basée sur un prix du marché du baril de brut à 60 dollars, la loi de finances 2020 prévoyait une croissance économique d’environ 1,8%. Mais les cours du pétrole poursuivent leur descente, le baril de référence américain touchant la semaine passée un plus bas depuis 2003, à 22,53 dollars, pris en étau entre une offre débordante et une demande mondiale sapée par la pandémie de coronavirus.

L’effondrement des prix du pétrole à partir de 2014 a déjà réduit de moitié les recettes liées aux exportations d’hydrocarbures, qui représentent plus de 90% des recettes extérieures du pays. Basée sur un prix du marché du baril de brut à 60 dollars, la loi de finances 2020 prévoyait une croissance économique d’environ 1,8%.

Mais les cours du pétrole poursuivent leur descente, le baril de référence américain touchant la semaine passée un plus bas depuis 2003, à 22,53 dollars, pris en étau entre une offre débordante et une demande mondiale sapée par la pandémie de coronavirus.

Afriquevision avec afriqueconfidentielle

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision