RDC : les vrais problèmes de nos universités sont notamment la médiocrité, la corruption…..

Dans la suite de ce que le Président Félix TSHISEKEDI et son Gouvernement devraient  faire pour redresser ce pays est  d’assainir  et mettre de l’ordre, du sérieux, dans l’Enseignement Supérieur et Universitaire. 

Les institutions d’enseignement supérieur et universitaire de la République Démocratique du Congo ne plus compétitives ni performantes. Sur le Top 200 de meilleures universités africaines, il n’y aucune université de la République Démocratique du Congo. Alors que quand vous suivez le discours des autorités académiques et de certains professeurs devant les étudiants, ils donnent l’impression qu’on est en face des savants alors que c’est la médiocrité  sur ce  point,  plus fort.

Aucun pays ne peut se redresser et envisager de faire face aux défis nationaux et mondiaux sans universités à la pointe de la formation et sans étudiants bien formés et compétitifs sur la scène mondiale.

Comment peut atteindre l’émergence de la RDC sans  citoyens bien formés dans tous les domaines de la vie nationale.  L’émergence sans meilleures universités est impossible.

Les vrais problèmes de nos universités sont notamment la médiocrité, la corruption….

La médiocrité est à tous les niveaux et  surtout chers certains  professeurs.  Il y a des professeurs qui utilisent les mêmes notes de cours sans les actualiser depuis des années, qui donnent toujours les mêmes TP (Travaux Pratiques) toutes les années. Beaucoup de professeurs de nos universités sont incapables de publier des articles dans de revues de renommée internationale. Beaucoup racontent leur vie, leurs  aventures sexuelles ou leurs voyages à travers le monde  aux étudiants en lieu et place de les former.

Ces  types  de professeurs doivent  être exclus des universités pour incompétence et médiocrité. Nous savons qu’il y en a beaucoup.

La médiocrité des infrastructures qui ne stimule pas  la réflexion ni l’excellence.  Voire même des infrastructures inadaptées.

Les infrastructures doivent être renouvelées ou réhabilitées.

Le budget du ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire doit être revu à la hausse de manière progressive sur les 5 ans de mandat du nouveau Président.

Pour améliorer les enseignements dans nos universités, il est urgent de revenir aux mesures prises par le professeur  MASHAKO MAMBA de supprimer toutes les universités privées non viables et  qui fonctionnent en violation de la loi cadre.  Cette décision était très combattue mais c’est le prix à payer pour redorer l’image ternie de nos universités.

Quand on forme certains congolais en dessous des arbres ou dans des cases en chaume comme  cela se fait dans certains milieux en RD Congo, que peut-on attendre de bon de ce type d’étudiants ?

Enfin, il faut combattre la corruption qui gangrène les milieux universitaires où on achète tout : les inscriptions, les points, les diplômes, les titres académiques….

Nous voulons de signaux clairs de la part du Président et du nouveau Gouvernement qu’ils sont déterminés à changer les choses dans les universités et donner une nouvelle chance à notre pays.

Nous jugerons le Président Félix TSHISEKEDI sur la  base des actes.

 

Par Me Jean Claude KATENDE en RDC