RDC : embouteillage, beaucoup d’enfants à Kinshasa ne voient leurs parents que le dimanche

Le peuple congolais n’attend pas  que  de grands changements pour sentir qu’un nouveau pouvoir est en place en RDCongo depuis janvier 2019. De fois, de petits changements ont un impact significatif sur la vie du peuple et sur la réputation des dirigeants politiques. Mze L. D KABILA est reconnu comme celui qui avait  mis de l’ordre dans le transport en commun à Kinshasa, en interdisant la pratique qui avait été   instaurée par les  taximen de transporter deux personnes sur le siège de devant. Ce changement est  resté gravé dans la mémoire collective pendant que d’autres grandes choses réalisées par Mze L.D KABILA sont déjà oubliées.

Dans la ville de Kinshasa, réduire les embouteillages peut impacter positivement la vie sociale, économique et sécuritaire des Kinois.

A Kinshasa, les embouteillages sont plus le fait de l’indiscipline des usagers de la route (surtout les conducteurs de bus et taxis), du manque d’autorité des policiers à cause de leur  vulnérabilité  à la corruption que du trafic. Donc on peut y mettre de l’ordre.

Sous  Mze KABILA, le fouet  a été utilisé pour mettre de l’ordre dans le transport en commun. Ce qui a été décrié par les défenseurs des Droits de l’Homme, car pratique rétrograde en démocratie. Mais il est possible d’utiliser le fouet moderne qui est la loi en l’appliquant très rigoureusement à l’égard des usagers de la route qu’à l’égard des policiers corrompus qui sont aussi à la base des embouteillages injustifiés.

Mettre de l’ordre dans ce domaine aura pour conséquence la réduction des embouteillages. Et la réduction des embouteilles entrainera ceci :

  1. Les parents arriveront tôt à la maison.

Les parents qui arrivent toujours tard à la maison, ils gagneront en temps et arriveront tôt chez eux. Ils pourront avoir le temps d’encadrer et de parler avec les enfants.  Beaucoup d’enfants à Kinshasa ne voient leurs parents que le dimanche vu qu’ils rentrent tard et partent tôt. Voir son père et ou sa mère seulement le dimanche est  insuffisant pour prendre de soin d’un enfant et de le marquer positivement.

  1. Les dépenses en carburant vont diminuer

Les embouteillages font exploser le budget en carburant de beaucoup de ménages. On dépense plus en  carburant. En réduisant les embouteillages, les ménages épargneront un peu d’argent sur le carburant et pourront le consacrer à d’autres besoins de la maison.

  1. La protection de la santé et des relations socio-professionnelles.

Dans les embouteillages, les gens s’insultent mutuellement au point que tout le monde entre en colère. Ceci affecte la santé. Les gens arrivent au lieu des services déjà énervés et cela crée des conflits entre le chef et ses collaborateurs. Aussi entre les collaborateurs. Diminuer ou mettre fin aux embouteillages va nous éviter des maladies et des conflits ou malentendus inutiles.

  1. La protection de l’environnement

Quand on consomme moins de carburant mieux se porte notre environnement.

  1. L’autorité de la police sera restaurée

Quelqu’un a dit que la crainte du gendarme est le commencent de la sagesse. En appliquant rigoureusement la loi, les usagers de la route respecteront le code de la route et l’autorité de l’Etat se fera sentir. On ne peut pas construire un Etat de droit si les citoyens se rendent compte que l’Etat a perdu toute autorité tant sur les citoyens que sur les dirigeants.

Il y aura plus de sécurité sur la voie publique et il y aura moins de morts.

J’estime que réduire ou mettre fin aux embouteillages dans la ville de Kinshasa sera un symbole de la présence d’un nouveau pouvoir, un pouvoir différent, mais aussi les bénéfices de cette action se feront sentir à tous les niveaux.

L’alternance, ce sont aussi ces petites actions qui impactent durablement  la vie de citoyens.

Celui qui mettra de l’ordre dans ce domaine de circulation routière à Kinshasa, il sera un véritable leader. Beaucoup avaient osé, mais ils avaient échoué tellement que les usagers de la route sont indisciplinés et les policiers sont très corrompus. Voyons ce que le Président Félix et son premier ministre Monsieur Ilunga vont faire.

Kinshasa, le 22 mai 2019

 

Me Jean Claude KATENDE

Le Gardien du Temple

+ 243 81 17 29 908