Les employés de Facebook écoutaient les conversations de Messenger

Les utilisateurs de Facebook Messenger qui ont opté pour la transcription des conversations vocales ont été affectés.

Des centaines de travailleurs ont été payés pour transcrire les enregistrements vocaux des utilisateurs de Facebook.

Facebook est la dernière entreprise à confirmer qu’elle a fait appel à des travailleurs extérieurs pour effectuer ce travail, à la suite de Google, Apple, Microsoft et Amazon.

La pratique aurait été arrêtée « il y a plus d’une semaine », selon Facebook.

Selon l’agence Bloomberg, qui a été la première à rapporter la nouvelle, les travailleurs ont reçu un enregistrement audio des conversations des gens, mais n’ont pas été informés de la façon dont on les a obtenues.

Facebook a déclaré que les enregistrements étaient transcrits manuellement afin que les systèmes d’intelligence artificielle utilisés pour transcrire automatiquement les conversations puissent être améliorés.

La compagnie a ajouté que cela n’avait été fait que lorsque les utilisateurs avaient opté pour des services de transcription et donné l’autorisation d’accéder au microphone.

« Tout comme Apple et Google, nous avons mis en pause l’écoute des enregistrements sonores par des humains il y a plus d’une semaine « , a déclaré une porte-parole.

La principale autorité de contrôle de Facebook en matière de protection des données au sein de l’UE est le commissaire irlandais à la protection des données.

« Nous recherchons maintenant des informations détaillées auprès de Facebook sur le traitement en question et sur la manière dont Facebook estime que ce traitement de données est conforme à ses obligations RGPD [règlement général sur la protection des données] « , a déclaré une porte-parole à BBC News.

Plus tôt ce mois-ci, Apple et Google ont déclaré qu’ils avaient mis en pause la pratique consistant à demander aux travailleurs d’écouter les enregistrements vocaux des utilisateurs afin qu’ils puissent être transcrits.

Microsoft a également confirmé que les enregistrements vocaux des utilisateurs du service de traduction automatique de Skype ont également été analysés par des humains.

L’autorité luxembourgeoise de réglementation des données est également en pourparlers avec Amazon au sujet de l’utilisation similaire de travailleurs pour vérifier certains enregistrements de la voix d’Alexa.