La maison de luxe, Louis Vuitton achète un diamant de 1.758 carats  pour une somme non divulguée

Ça ressemble à un scandale dans le monde minier et diamantifère. Un énorme diamant découvert au Botswana en avril a été vendu à la maison de luxe française, Louis Vuitton, pour une somme non divulguée.

Cette pierre de 1.758 carats serait la deuxième plus grosse découverte depuis un siècle.

Elle a été nommée Sewelô, ce qui signifie « trouvaille rare » en langue setswana, et provient de la mine Karowe à Letlhakane, dans le centre du Botswana, qui appartient à Lucara Diamond Corp.

La décision de Louis Vuitton d’acheter ce diamant « signale les ambitions croissantes de la maison en matière de joaillerie haut de gamme », rapporte le Financial Times.

Lucara dit avoir récupéré un certain nombre de diamants de grande valeur à Karowe depuis l’introduction de la nouvelle technologie et avoir trouvé 12 pierres de plus de 300 carats, dont un diamant de 72 carats et un de 327 carats en avril 2018.

Le plus gros diamant jamais découvert est le Cullinan de 3.106 carats, découvert en Afrique du Sud en 1905, avant l’exploitation minière industrielle.

Il a été trouvé il y a plus de 100 ans à seulement neuf mètres de la surface de la terre et a été extrait à l’aide d’un couteau de poche !

On était donc bien loin des techniques modernes d’exploitation minière industrielle qui utilisent des explosions pour extraire le minerai, puis des machines de broyage pour le décomposer davantage.

Il y a eu une série de grandes découvertes de diamants au cours des dernières années, qui ont été attribuées à de nouvelles machines de tri qui peuvent traiter les diamants sans les briser.

Il s’agit d’appareil d’extraction et de tri à rayons X qui permettent de détecter le carbone dans le minerai et ainsi éviter de briser les gros diamants.

L’achat de cette gigantesque  pierre de dimant sans dénicher la valeur est en contradiction avec le processus de Kimberly et les banques centrales, qui indiquent  que  toute transaction d’un produit aurifère ou diamantifère doit être déclarée. Sinon une sanction pourrait être infligée à l’encontre du vendeur et du acheteur, qui en principe dispose de licence pour cette activité.

Afriquevision avec Bbcafrique