- A la une, Actualités, Economie, Interviews

Guinée, réouverture de la SOTELGUI: Yacouba Cissé rassure que « l’État ne veut plus que les nationaux gèrent cette société à 100 %. »

La Guinée est classée parmi les pays les moins consommateurs du réseau internet de la sous-région. Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction, le directeur national de la Télécommunication se réjouit que la Guinée soit à 102% du taux de couverture du réseau internet à-travers le pays. Yacouba Cissé déclare que pour la réouverture de cette SOTELGUI, l’État ne veut plus que les «  nationaux gèrent cette société à 100 % ».

À en croire ce directeur national de la Télécommunication « On est à 102% en terme réseau de couverture du territoire si on compte les doubles SIM. Donc en prenant tout ça en compte on arrive aujourd’hui à 102%. Mais si on fait la copie diagonale pour ressortir réellement la représentation de la double SIM. Et on enlève l’effet du double SI-M la-dans pour se retrouver à 85 à 90 % » se félicite Yacouba Cissé.

Par ailleurs, la première société téléphonie en Guinée (SOTELGUI) a disparu depuis 2012. À l’arrivée du l’actuel ministre de télécommunication à ce poste, Moustapha Mamy Diaby, avait rassuré qu’il cherchait des partenariats technique fiable et un financement robuste. Yacouba Cissé affirme que l’État ne veut plus que les nationaux gèrent cette société à 100 %. « La situation dans laquelle se trouve la SOTELGUI s’est posée par des Guinéens. Ce n’est des étrangers qui sont venus pour ça. Parce qu’on ne peut pas dire, on veut développer un secteur alors que vous et moi sont tous propriétaires de SOTELGUI. Donc les gens ne voient pas l’importance là-dessus. Et la politique maintenant que l’État veut faire, on ne veut plus que les nationaux gèrent cette société à 100 %. On voudrait avoir des partenaires qui prennent la majorité de la société. Et faire joindre par les Guinéens pour garantir réellement les investissements promis par l’investisseur. Il y a un cabinet français qui a été recruté pour sélectionner les entreprises susceptible d’être de potentiels investisseurs en Guinée. Mais on devait avoir la visite vers le mois de mars dernier une société qui devait se présenter. Mais le COVID-19 a arrêté le voyage. Les gens n’ont pas pu se déplacer pour venir voir la société »regrette-t-il.

En attendant que les choses rentrent en ordres, les anciens abonnés de la Sotelgui vont prendre leur mal en patience

Amadou Tidiane Diallo

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision