Guinée : Chalco signe son entrée dans l’exploitation d’une mine à Boffa

La société chinoise Chalco (filiale du groupe Chinalco), qui dispose d’un capital de cinq cent milliards de dollars (500 mdrs USD) et un chiffre d’affaire de cinquante milliards dollars (50 mdrs USD) a signé  ce vendredi, 08 juin à Conakry avec l’Etat guinéen via les  ministères  des mines et du budget, une convention d’exploitation d’une mine de Bauxite d’Alumine au nord sud dans la préfecture de  Boffa avec un cout d’investissement qui s’élève à  700 millions dollars.

Ce projet Boffa Nord et Sud porte sur le développement d’une  chaine de production intégrée de bauxite et d’alumine, et d’infrastructures en vue de l’évacuation du minerai. Pour le Directeur Général de Chalco, M. LU Dongliang, ce projet sera réalisé  en deux phases, d’abord sur l’exploitation des ressources bauxitiques de Boffa Sud et Nord, la société minière Chalco procèdera  à ce  niveau à la construction et à l’exploitation d’une mine de bauxite avec une capacité initiale  de 12 millions de tonnes  par an.

Sur la même lancée, la production du projet sera évacuée au moyen d’un convoyeur à bandes, d’un port construit sur le fleuve Fatala et d’une plateforme de transbordement en mer située au large de l’embouchure du Rio Pongo, a indiqué le directeur général.

Pour cette première partie, la date maximale de démarrage de la production de la bauxite est fixée à 36 mois après l’entrée en vigueur de la convention minière.

Quant à la seconde phase du projet qui porte sur la réalisation  d’une raffinerie d’alumine pour la transformation d’une partie des ressources bauxitiques. Chalco réalisera une étude de faisabilité dans un délai  de 12 mois à compter de la date d’entrée en vigueur de la convention minière. Sur la base des résultats de cette étude, la Guinée et Chalco conviendront des modalités concrètes de réalisation de cette seconde phase du projet.

Impact socio-économique du projet

Selon le ministre des mines et de la géologie, Abdoulaye Magassouba, la signature de cet accord est une étape importante vers la concrétisation des projets miniers en Guinée. « Ce projet dont une partie des revenus contribuera à rembourser les prêts  de l’accord cadre de financement des projets d’infrastructures prioritaires, signé entre la République de Guinée et la République Populaire de Chine le 5 septembre 2017 », a-t-il égrainé.

De son côté, le directeur général de Chalco, affirme que la réalisation de ce projet permettra à trois mille guinéens (3000) de bénéficier de  l’emploi. Et pour renchérir, le ministre du budget, Ismaël Dioubaté sans parler de chiffre, a avoué que la manne financière  qui sera récoltée dans ce projet permettra à la Guinée d’accroitre son budget national, ce qui va favoriser l’amélioration des conditions de vie des citoyens.

  Le hic du projet

Le lancement de l’exploitation de la bauxitique est prévue entre fin 2018 et début 2019. Mais, le drame, une partie des revenus sera réaffectée  aux  chinois, qui sont d’ailleurs  les promoteurs.  Comment le système de troc (infrastructure contre mines)  peut-il être appliqué  dans ce projet, alors que les guinéens et guinéennes ne savent pas jusqu’à présent le contenu de cet accord cadre de vingt milliards USD  (20 mdrs USD) conclut entre les nations. Un autre hold-up minier qui se profile à l’horizon. Il faut noter que le périmètre et  la durée de la convention n’ont pas été divulgué au public présent à  cette cérémonie, contrairement aux autres.

Mamadou 3 DIALLO pour afriquevision.info

contact@afriquevision.info/+224 664 91 76 99

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *