- A la une, Environnement, Mines & Environnement

Environnement : Que faut-il retenir du nouveau code forestier guinéen ?

Dans le but de fiabiliser le secteur du développement durable, le ministère de l’environnement des eaux et foret a initié un projet de révision du  code forestier, qui  souffrait d’insuffisance de certains textes conformément à la réalité.  Après plusieurs travaux  dans l’inter commissions de l’Assemblée nationale, les parlementaires ont  voté ce lundi, 24 avril 2017, ce document où  64 nouveaux articles ont été  augmentés  en remplacement de certaines dispositions de  l’ancien code.  Au total 67 élus parmi les 113 étaient présents à cette session.

Pour le rapporteur de la commission, Dr Alpha Mamadou Baldé a indiqué  que « la nouveauté dans ce code est qu’il y a cette fois ci des dispositions qui prévoient des sanctions sévères sur les destructeurs des forêts. Nous avons également, des amendes allant jusqu’à cinq milliards de francs guinéens pour les détracteurs de textes qui protègent nos forêts, de la faune et de la flore et tant d’autres »

Poursuivant son intervention, le député uninominal de Tougué  a souligné qu’en cas de promulgation  par le Chef de l’Etat, le code  remplace l’ancien  qui date de 1999 et comprend 196 articles soit 64 nouveaux articles. « Dans ce document, nous avons tenu compte de plusieurs paramètres, notamment les faiblesses, mais aussi les réalités du terrain ».

Pour lui, les nouvelles mesures, il y a l’ajout d’une disposition fixant le taux des recettes forestières retournées aux collectivités locales  et le taux d’utilisation de ces montants pour des travaux communautaires d’intérêt forestier (article 192); l’obligation de remplacer, en bois équivalent en quantité et en qualité, toute superficie forestières défrichée ou déboisée (art 122); l’introduction de catégories de permis de coupe (bois d’œuvre et d’industrie, bois énergie) et de catégories de licences d’exploitation et de valorisations des produits forestiers non ligneux d’origine végétale.

Le nouveau code confère au personnel du nouveau corps paramilitaire des Conservateurs de la Nature, le rôle de fouiller les bateaux, les véhicules, trains et aéronefs pour exercer la surveillance, opérer les confiscations et saisies prévues par le présent code et les textes qui seront pris pour son application. La grille de pénalités varie de cinq millions à cinq cent millions de francs guinéens. Cela aussi est une nouveauté.

A cette occasion, certains parlementaires n’ont pas manqué à fustiger, le budget dérisoire  de ce ministère, ne représentant que seulement 0,3 pour cent du budget national, paraît insuffisant aux yeux des élus pour permettre aux autorités du département de l’Environnement de pouvoir appliquer ce nouveau texte dans toutes ses dimensions, d’où l’un des motifs de la hausse des amendes liées aux infractions dans ce domaine.

 

Djibril pour afriquevision.info/contact@afriquevision.info

 

 

 

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision