Désormais, la résistance semble légitime !

L’espoir suscité à la prise du Pouvoir par Alpha Condé s’est vite mué en désespoir. Ce désespoir résulte du degré de souffrances des populations et du volume de promesses non tenues. Ce qui a accentué le fossé de méfiance des administrés vis-à-vis de l’Etat.

Désormais, le guinéen n’accorde aucun crédit à ce que disent ceux qui ont eu la chance de nous gouverner. La confiance a disparu ! Les zones alors favorables au régime ont à maintes reprises enregistré des manifestations de respect de la parole donnée.

Le plus regrettable, c’est le fait que ces derniers sont restés pendant longtemps fidèles à un homme qui leur sert aujourd’hui la désolation et l’humiliation. Ils auraient même refusé au temps du Président Lansana Conté des actions gouvernementales d’infrastructures économiques (routes) pour leur attachement à la vision de leur ‘’messie’’, Alpha Condé.

Et aujourd’hui, les mêmes problèmes demeurent encore avec plus d’acuité ! Voilà ce qui explique le désamour entre cette partie de la Guinée et celui qu’elle a toujours défendu, aimé et chéri. La Haute Guinée vit dans le noir et est en manque de tout ce qui concourt au développement d’une localité.

Parallèlement à cela, c’est tout le pays qui n’a enregistré aucun programme de développement sur lequel l’on pourrait se baser pour apprécier ce régime. La Guinée va mal, les guinéens survivent, les guinéens s’indignent et le taux d’indignation ne cesse de prendre de l’ampleur. C’est vrai que les réactions populaires sont très souvent proportionnelles au degré de souffrances des populations.

Que peut-on retenir de ce régime de positif ? Combien d’écoles, d’universités, bibliothèques (qui répondent aux standards internationaux) ont été construites ? Combien de logements sociaux ont été construits ? Combien de routes ont été bitumées ? Combien de contrées ont été désenclavées ? Combien d’emplois ont été créés en dehors des quelques nominations de fonctionnariat et ce, dans un cadre de récompense de militantisme ?

Autant d’échecs qui devraient amener tout régime responsable à plus de retenue en évitant les frustrations. En revanche, c’est le contraire qui est servi au peuple de Guinée avec les déguerpissements sauvages : Kaporo-rails et Kipé 2. Assez d’indignations ! Désormais, la résistance semble légitime. A la population de se décider !

 

 

Fodé BALDE

Homme politique guinéen

Jeune Républicain

La Guinée d’abord