Côte d’Ivoire : Bientôt l’attribution des titres pétroliers pour six blocs

La Côte d’Ivoire envisage  d’attribuer les permis pour six blocs de pétrole d’ici juin 2019. Cette annonce intervient à un moment où  le pays cherche à augmenter la production du  pétrole brut,  que les multinationales  souhaitent de plus en plus explorer en Afrique de l’Ouest.

Abdourahmane Cissé, le ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies renouvelables, a déclaré lors d’une interview lundi à Cape Town en Afrique du Sud, que le pays était en discussion avec les multinationales françaises et italiennes.

La Côte d’Ivoire compte 48 blocs de pétrole délimités, dont quatre en production et 24 en exploration, a précisé Cissé. La production moyenne est d’environ 70 000 barils par jour, mais « le potentiel est beaucoup plus élevé », a-t-il déclaré.

Les producteurs de BP Plc à Tullow Oil Plc explorent actuellement dans le plus grand producteur de cacao du monde, tandis que les opérateurs augmentent la production à environ 200 000 barils par jour au Ghana voisin. La Côte d’Ivoire cherche à diversifier une économie dont les exportations sont dominées par les envois d’ingrédients à base de chocolat.

Le gouvernement souhaite augmenter la participation des entreprises locales dans son secteur pétrolier, même s’il n’envisage pas d’apporter des modifications majeures au code de ce secteur, a annoncé  Cissé. Le code existant est « en fait assez bon » et toute modification future ne causera pas de préjudice aux participants existants, a indiqué le ministre.

Rien n’indique que les élections présidentielles prévues pour 2020 créent une incertitude chez les investisseurs ou les incitent à suspendre leurs décisions, avoue-t-il. En 2010, le refus de l’ancien Président Laurent Gbagbo d’accepter la défaite lors d’un vote avait déclenché la plus grave crise de la Côte d’Ivoire, au cours de laquelle au moins 3 000 personnes seraient décédées au cours de ce moment difficile  de cinq mois.

« Nous avons six contrats en cours de négociation avec les majors », a égrainé  Cissé chez nos confrères d’intellivoire. «C’est un signe qu’ils croient réellement au pays, sinon ils ne le verront pas. Nous n’aurons pas de remake de 2010. ”