Algérie : le peuple  toujours mécontent  contre un régime sourd  

Malgré le renoncement du président Abdelaziz Bouteflika à briguer un 5ème mandat, les jeunes n’en baissent leur colère. Le déferlement de ce vendredi 15 mars  d’une  foule agacée par un système de gouvernance maquillé par un homme de 82 ans qui est secoué par un AVC depuis 2013,  est un signal fort pour ce régime. 

Désormais les citoyens Algériens en majorité des jeunes veulent finir avec ce mode de gouvernance depuis 20 ans, qui a l’heure d’une oligarchie. Sur les  pancartes  les furieux accusent le pays colonisateur « La France » d’être un soutien assourdissant d’un pouvoir à l’agonie depuis plusieurs années.

Selon les protestataires, il est admissible d’observer un prolongement du pouvoir inédit. Cette période est en péremption, il faut non seulement fixer un calendrier électoral, mais aussi bannir la dynastie qui se profile à l’horizon.

Dans les speechs  des frondeurs, on peut lire  ceux-ci «Vous faites semblant de nous comprendre, on fait semblant de vous écouter», cela le slogan d’un peuple longtemps résigné.

Pour l’heure les appels se multiplient pour tourner la page du pouvoir de l’un des plus vieux président en Afrique. Mais la nouveauté dans cette forme de revendication est qu’aucune violence n’est enregistrée depuis le depuis du ras-le-bol dans les rues du pays et à l’étranger.

L’intensification des manifestations est la force des couches. Vendredi étant un jour de repos dans leur pays, la foule a mis cette journée à profit pour se faire entendre. Reste à savoir si le pouvoir va changer la donne avec ces protestations hebdomadaires dans les grandes villes. En tout cas, la dernière annonce du président Abdelaziz Bouteflika sur son intention de renoncer à un 5ème mandant est loin de persuadé le public de son pays.

 

Mamadou Diallo pour afriquevision.info

contact@afriquevision.info