- A la une, Actualités, Societe

Procès du 28 septembre: le président du tribunal met en garde contre les avocats

Le procès des événements du 28 septembre 2009 se poursuit ce mercredi 23 novembre 2022, au tribunal criminel de Dixinn délocalisé à Kaloum, avec la comparution de Claude Pivi. Mais avant la reprise des débats, le président du tribunal, Ibrahima Sory 2 Tounkara a invité tous les acteurs du procès à s’abstenir de donner aux débats des orientations ethniques ou régionalistes. Au-delà d’une invite, il met en garde toutes les parties.

De fait, dès la reprise de l’audience, c’est le procureur Sidiki Camara qui a pris la parole pour attirer l’attention sur des menaces qui commencerait à faire planer sur le ministère public. Il dit avoir pris acte de cette plainte que le juge Ibrahima Sory 2 Tounkara a profité pour aborder les risques d’instrumentalisation communautariste du procès.

Assurant qu’aucune partie ne travaille contre qui que ce soit et que c’est uniquement au nom de la manifestation de la vérité que tout le monde travaillerait. C’est pourquoi, il déclare que le président du tribunal « n’acceptera pas certains propos, surtout ceux ethniques ou régionalistes ». Me Camara soutien que ce procès « n’est pas un procès ethnique ou régionaliste, ce procès est organisé pour la manifestation de la vérité comme je l’ai tantôt dit. Et ce sont des Guinéens qui sont là. Parce que toutes les composantes sont représentées dans ce procès. Donc, ce n’est pas dirigé contre une ethnie ou une région. Il faudrait que tous les acteurs comprennent cela »

En conséquence, avertit le juge Tounkara qui celui qui tente à s’aventurer sur ce terrain, le tribunal « sera obligé d’aller à l’extrême, c’est-à-dire même l’expulsion. Et si c’est le ministère public, comme l’audience ne peut pas se tenir sans le ministère public, on sera obligé d’ajourner le procès ».

 

Amadou Tidiane Diallo

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision