- A la une, Actualités, Societe

Guinée : L’éducation a commencé sa transition !

Tribune. La refondation et les réformes profondes de notre Etat toucheront chaque guinéen et chaque secteur pendant cette transition. L’éducation est maintenant face à sa propre réalité.

Les réformes de la transition Doumbouya sont cette semaine dans nos maisons entre père, mères et enfants. Les enseignants avec leurs multiples grèves  et centrales syndicales faisaient semblant d’enseigner et d’évaluer les enfants.

Le gouvernement avec ses multiples détournements de deniers publics dont 86 milliards comme argent de poche du dernier Premier ministre d’un Président civil élu, faisait semblant de financer l’éducation, ses infrastructures, ses programmes  et de payer les enseignants.

Les élèves et leurs écoles dans leur système organisé de fraudes scolaires faisaient semblant d’étudier et de blanchir le résultat de leur évaluation. Les parents, absents dans la vie de leurs enfants et complices des autres acteurs du système éducatif dans la tricherie  faisaient semblant de ne rien voir.

Maintenant que chacun doit traverser le marigot de la  transition militaire pour se nettoyer les pieds avant de rejoindre la rive droite de l’après transition, nous sommes à 17%, 15% et 9% de taux de réussite aux examens nationaux. Une situation embarrassante  pour tout le monde, pour les gouvernants qui ont géré ce pays depuis le choix libéralisme en 1984, de l’enseignement de masse et du multipartisme intégral en 1990.

Ce constat d’échec et ce tableau de notre société  exige de nous un chronogramme de résolution des problèmes de l’éducation à l’image du chronogramme des élections comme celui de la Justice. Pour cela, il nous faut récupérer les fonds des guinéens qui sont dans les comptes, les métaux précieux et immeubles privés en Guinée et à l’étranger  de nos anciens dignitaires et leurs complices.

L’éducation est non seulement l’une des victimes des crimes économiques et  financières de notre pays, du chômage endémique causé par l’absence d’entreprises crédibles en Guinée, des plus de 700 manifestations de rue des politiques mais aussi des xx grèves de l’éducation depuis le temps des Louis Mbemba  Soumah.

Une transition, c’est surtout une période de prise de conscience. Nous comprenons tous que notre pays était dans le faux et usage  de faux, il faut changer ce paradigme pendant cette transition. Chacun doit vivre de son salaire, chacun doit mériter sa classe sociale et doit mériter le résultat de son évaluation dans son secteur d’activité à commencer par l’école.

 

#FNDT, Mon devoir, ma patrie.

 

Keamou Bogola HABA

Coordinateur National du Front National pour la Défense de la Transition (FNDT)

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision