- A la une, Actualités, Politiques

Guinée, Kalemodou Yansané tacle le CNRD: « Nous sommes prêts à dialoguer même avec le diable»

L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi 14 mai 2022 à son siège à manière dans la commune de Ratoma. A l’absence du président Cellou Dalein Diallo qui séjourne à la Mecque, c’est Kalemodou Yansané qui l’a dirigé. À cette occasion, le vice-président de cette formation politique n’a pas manqué de revenir sur le communiqué du CNRD interdisant toute manifestation de quelques natures jusqu’à nouvel.

A en croire Kalemodou Yansané l’UFDG est disposé à dialoguer même avec son  » ennemie direct. L’ancien député rassure que ce dialogue est obligatoire pour eux afin d’honorer la mémoire des victimes de l’UFDG et l’ensemble du peuple de Guinée. « L’UFDG est un parti rassembleur. Nous sommes prêts à dialoguer même avec le diable. Si c’est pour la démocratie, le bonheur des guinéens nous sommes prêts à dialoguer même avec le diable. Heureusement on a pas dialogué encore avec le diable. Nous sommes en train de parler avec des guinéens. Les décisions que l’UFDG prennent, l’UFDG n’a des comptes à rendre à personne sauf à vous les militants. Soyez rassuré que la direction peut se tromper, mais elle ne vous travaillera jamais. Nous nous oublierons jamais les victimes de l’UFDG, et de la Guinée en général. Ces victimes-là ne seront réhabilités que lorsque l’UFDG sera au pouvoir. On ne peut plus réveillé les morts, mais il faut quand même les réhabilités. Il faut réparer le tort et amorcer le développement du pays et rassembler les Guinéens» souligne Kalemodou Yansané.

Par ailleurs, le vice-président de l’UFDG indique que le communiqué du CNRD interdisant toute manifestation est contraire à la loi. Puisque selon lui, la Guinée est souscrite sur toutes les conventions internationales sur la protection de droit de l’homme et des manifestations. C’est pourquoi, il invite la junte au pouvoir de revoir ces copies: « Aujourd’hui nous constatons des dérives importantes. Nous sommes obligés en tant que partenaire objectif de les ramener à la raison. Mais si le CNRD lui-même qui a déclaré que les droits et les traités sont reconnus et le même CNRD prend un communiqué pour dire que les manifestations sont interdites il y a une contradiction. Nous demandons au CNRD de revoir les lois et les copies qui prévoient le droit des manifestations pacifiques. L’UFDG n’a jamais été demandeurs ou organisateurs de manifestations violentes. Nous avons toujours demander des manifestations pacifiques et nous continuons à demander les manifestations pacifiques lorsque tous les records sont épuisés. Si les autorités refusent la manifestation nous garderons ces refus pour l’histoire» a-t-il conclu.

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision