- A la une, Actualités, Economie, Mines, Mines & Environnement

Fadi Wazni, patron du consortium SMB empêtré dans un scandale (Pandora Papers)

Alors que les enquêteurs français examinent les allégations de corruption liées à l’ex-président guinéen Alpha Condé, des documents des Pandora Papers mettent en lumière le meneur de jeu clé qui s’est retrouvé avec les baux de minerai de fer de Simandou récupérés à Rio Tinto.

Les Pandora Papers sont des documents de 14 fournisseurs offshore qui ont été obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation et partagés avec l’Australian Financial Review. Certains documents sont consultables depuis mardi, 07 décembre 2021.

Condé a été renversé lors d’un coup d’État du colonel Mamady Doumbouya en septembre, une décision qui pourrait potentiellement affecter l’industrie de l’aluminium et le marché du minerai de fer.

Comment Doumbouya verra-t-il l’histoire de Condé d’approuver les développements miniers ?

Lorsque Condé est arrivé au pouvoir en 2010, l’un de ses premiers gestes a été de contester les baux miniers émis par son prédécesseur, Lansana Conte, notamment la décision de Conté en 2008 de dépouiller deux des quatre baux de Rio Tinto pour les immenses gisements de minerai de fer de Simandou et de les vendre à des Israéliens. l’entrepreneur Beny Steinmetz pour 160 millions de dollars. Steinmetz a ensuite tenté de revendre les baux à Vale pour 2,5 milliards de dollars.

Ce n’est qu’en 2019 que Condé a finalement récupéré les deux baux Simandou de la société de Steinmetz.

Fortescue Metals Group a demandé les baux lorsque les appels d’offres ont été lancés plus tard dans l’année, mais ils ont été attribués au consortium SMB-Winning, qui a jusqu’à présent dépensé relativement peu des 14 milliards de dollars qu’il s’était engagé à construire une mine, une ligne de chemin de fer de 650 kilomètres. , et un port pour le projet.

Jusqu’à présent, Doumbouya a donné peu d’indications sur sa vision du minerai de fer et des projets séparés de bauxite, qui sont interconnectés car tous deux gérés par SMB-Winning.

La façon dont cela se déroulera dépendra en grande partie de Fadi Wazne, un homme d’affaires franco-libanais de 55 ans, dont la proximité avec l’ancien président a fait que les critiques l’ont peut-être qualifié avec méchanceté d’« argentier » de Condé, traduit par trésorier ou homme d’argent.

Il apparaît également dans les Pandora Papers. Wazne (ou Wazni – son nom est orthographié différemment sur son passeport français et son permis de séjour guinéen) est répertorié dans les documents en tant que bénéficiaire effectif de trois sociétés des îles Vierges britanniques : Lanister Investments Ltd, qu’il détient directement, qui à son tour détient International Mining Investment Assets Ltd, qui possède Safe Identity Ltd. Plus d’informations à ce sujet plus tard.

En septembre de l’année dernière, le Parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête sur une plainte pour « corruption, trafic d’influence et blanchiment de corruption », dans l’exploitation de bauxite en Guinée impliquant le président Condé, plusieurs de ses proches et des sociétés minières, dont un entreprise française.

La plainte a été déposée en août 2020 par un groupe d’opposition guinéen, le Collectif pour la transition en Guinée (CTG).

La saga remonte à 2014, lorsqu’une nouvelle société minière appelée Société Minière de Boké (SMB) a découvert des gisements de bauxite en Guinée.

Le gouvernement guinéen a accordé à SMB un permis d’exploration minière en janvier 2015, et une licence d’exportation de bauxite en juillet 2015, au moment même où la première bauxite était chargée sur des navires.

Mais qui était derrière SMB ? Wazni était le PDG et les actionnaires étaient décrits comme le consortium SMB-Winning.

Le consortium a déclaré être composé du Winning International Group de Singapour, dirigé par Sun Xiushun (qui est devenu président de SMB) ; Shandong Weiqiao, producteur chinois d’aluminium et membre du groupe Hongqiao ; et United Mining Supply SA, une société de logistique guinéenne détenue par Wazne.

En fait, SMB appartenait à une société des îles Vierges britanniques, l’Asian African Mineral and Logistics Consortium (AAMLC) Ltd, qui apparaît également dans les Pandora Papers.

L’AAMLC a été créée et administrée dans les îles Vierges britanniques par le cabinet d’avocats Aleman, Cordero, Galindo & Lee, et gérée à Monaco par le groupe consultatif Carey SAM, mais ce n’est qu’en juillet 2017 que le registre des BVI a décidé d’imposer la déclaration. exigences que Carey a révélé qui étaient les propriétaires – et plus important encore, quelles étaient les participations.

Winning Shipping et Hongqiao, qui semblent avoir fourni la quasi-totalité du financement et une grande partie de l’expertise pour le projet, avaient chacun 25 pour cent. Wazne était l’unique propriétaire bénéficiaire de 50 pour cent.

Cela a soulevé la question : qu’est-ce que Wazne apportait à la table qui valait la moitié du projet ?

Peu de temps après la divulgation des participations de l’AAMLC, une nouvelle société holding a été créée, ce qui a masqué d’autres changements dans les capitaux propres.

La restructuration de 2017 a coïncidé avec la prise en charge par la Banque de Singapour des « titres » détenus par Lanister Investments, la société de Wazne aux BVI. Quelques jours plus tard, sa filiale, International Mining Investment Assets, a été inscrite auprès de l’organisme de réglementation des entreprises de Singapour en tant qu’entité étrangère non enregistrée.

Si cela était lié à la restructuration de SMB, c’est une énigme pour laquelle Wazne cherchait des prêts à Singapour, la base de Winning Shipping. Gagner offrait-il un confort financier indirect ?

Selon les conditions du bail initial, le gouvernement guinéen avait la possibilité de prendre une participation de 15 pour cent dans SMB. En fin de compte, il a pris 10 pour cent, vraisemblablement de la part de Wazne.

Le consortium avait des plans ambitieux pour que SMB étende la production de bauxite, ce qui nécessitait de nouveaux baux. En juin 2017, Condé a cédé un permis d’exploitation de bauxite à une société française créée deux ans auparavant. Une semaine plus tard, la société française a vendu la licence à SMB pour un montant de 200 millions de dollars.

Comment la licence a-t-elle été accordée et où ont abouti les 200 millions de dollars de produit de la vente, tel est le fondement de la plainte déposée par des politiciens de l’opposition l’année dernière, qui fait l’objet d’une enquête par le parquet national financier de Paris.

Toutes les parties ont vigoureusement nié tout arrangement inapproprié et affirment que les allégations ont été faites à des fins politiques.

Mais pour les investisseurs chinois qui ont financé la transformation de SMB en un grand explorateur de bauxite et doivent maintenant débourser 14 milliards de dollars pour Simandou, c’est un moment malheureux de perdre un président qui a tant soutenu leur travail.

Si l’enquête française trouve des raisons de se demander comment SMB a obtenu ses baux de bauxite, cela colore-t-il la façon dont ses baux de Simandou sont perçus ?

Rien de tout cela ne doit être fatal aux projets chinois en Guinée. Mais si le nouveau président décide qu’il veut qu’ils adoucissent l’accord, cela suggère qu’il a un certain poids.

 

Groupe international Kingsman

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision