- A la une, Actualités, Afrique, Politiques

Côte d’Ivoire : l’ancien président, Laurent Gbagbo demande l’amnistie avant la présidentielle 2025

Dans un souci d’apaisement, le président ivoirien Alassane Ouattara a accordé sa grâce à son prédécesseur et rival Laurent Gbagbo, condamné dans son pays à 20 ans de prison, mais celui-ci veut plus: l’amnistie dans la perspective de la présidentielle de 2025.

Si la grâce permet au condamné de ne pas devoir purger sa peine, elle ne l’annule pas contrairement à l’amnistie: une épée de Damoclès reste donc suspendue sur la tête M. Gbagbo, au cas où il serait candidat à la prochaine élection présidentielle de 2025, une personne condamnée ne pouvant pas se présenter.

« La grâce présidentielle telle qu’elle est donnée est déjà un pas, mais ce n’est pas ce que nous attendions », a réagi Justin Koné Katinan, porte-parole du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) de Laurent Gbagbo. « Nous voulons l’amnistie ».

Laurent Gbagbo, 77 ans, acquitté en mars 2021 par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye – où il a été détenu pendant près de dix ans – pour son rôle dans la crise post-électorale sanglante de 2010-2011, est rentré à Abidjan peu après, avec le feu vert du président Ouattara.

La crise, qui a fait quelque 3.000 morts, était née de son refus de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle de fin 2010. Sans jamais avoir été inquiété depuis son retour, il restait sous le coup dans son pays d’une condamnation à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en 2011.

Condamnation intervenue en 2018 alors qu’il était emprisonné à La Haye et dont il estime qu’elle « ne repose sur aucun fait réel ».

La grâce qu’a annoncée M. Ouattara à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance le 7 août, s’est accompagnée du dégel des comptes et du paiement des rentes viagères de M. Gbagbo, président de 2000 à 2010, soit des centaines de milliers d’euros.

Ces mesures, ainsi que la libération de deux figures de l’appareil militaire de son régime, emprisonnées pour leur rôle dans la crise 2010-2011, ont été prises après une rencontre entre MM. Ouattara et Gbagbo mi-juillet, à laquelle participait aussi un autre ex-président, Henri Konan Bédié.

Selon M. Katinan, Laurent Gbagbo « n’a jamais demandé de grâce présidentielle », mais, a-t-il ajouté, « nous sommes dans un processus » de dialogue politique « qui doit aller jusqu’au bout pour arriver à l’amnistie ».

Une décision « soupesée »

La décision d’accorder la grâce plutôt que l’amnistie a été mûrement réfléchie et « soupesée » par le chef de l’Etat qui sait mieux que quiconque que « cela créera des difficultés constitutionnelles à Gbagbo pour être candidat », juge Jean Alabro, analyste politique indépendant à Abidjan.

L’amnistie pour M. Gbagbo et pour tous ceux, civils et militaires, encore emprisonnés depuis la crise de 2010-2011, est une des recommandations du dialogue politique initié par le gouvernement.

Dans un pays à l’histoire récente marquée par la violence politique, ce dialogue rassemble gouvernement, partis et organisations de la société civile, et doit permettre que les prochains élections – locales de 2023 et présidentielle de 2025 – se déroulent sans violence.

Le dégel des comptes de M. Gbagbo, le paiement des arriérés de ses rentes viagères et la libération des deux militaires, ont été bien accueillis par son camp qui réclame cependant la libération de « tous les prisonniers civils et militaires », soit encore une trentaine de personnes.

Le maintien en prison de militaires ayant servi un Laurent Gbagbo acquitté par la CPI, est la raison invoquée par ses proches pour expliquer son absence aux célébrations de la fête de l’indépendance à Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, à laquelle lui et Henri Konan Bédié avaient été invités par le président Ouattara.

« Il était difficile pour le président Gbagbo d’aller assister au défilé de l’armée nationale » alors que « des soldats qui ont servi sous ses ordres sont encore en prison », selon le porte-parole du PPA-CI. M. Bédié, lui aussi absent, a invoqué des « raisons personnelles ».

Ouattara, Gbagbo et Bédié, âgés respectivement de 80, 77 et 88 ans, tour à tour alliés et rivaux, écrasent la vie politique ivoirienne depuis trente ans, mais « ils n’ont plus de souffle », juge Jean Alabro.

 

AFP

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision