- A la une, Actualités, Economie

Adoption du volet recettes 2022 par le CNT : « La variation n’a été que de 0,49%, -½ %» dixit le ministre du budget

Les conseillers nationaux du Conseil national de la  transition (CNT) ont procédé hier lundi 19 septembre à l’examen et l’adoption du volet recettes de la Loi de Finances Rectificative (LFR) pour l’exercice 2022. Cette loi des finances rectificative s’équilibre en recettes et en dépenses à 30 566 361 988 867 GNF (trente mille cinq cents soixante-six milliards trois-cent-soixante-un millions neuf-cent-quatre vingt-huit mille huit-cent-soixante-sept francs guinéens). Les recettes projetées pour la LFR s’élèvent à 26 192,46 milliards GNF. Les recettes fiscales sont de l’ordre de 22 314,76 milliards, des dons pour 1 152,37 milliards, des autres recettes pour 1 556,88 milliards et des ressources des budgets d’affectation spéciales pour 1 168,45 milliards GNF.

Après cette adoption, le ministre du budget, est revenu sur les facteurs exogènes qui ont créé un choc inflationniste entrainant la baisse des recettes: « Au niveau des douanes nous sommes les premiers à alerter sur le fait que nous avons plusieurs conteneurs en moins qui feront que nous aurons des recettes en moins. Et nous avons demandé à notre direction générale des douanes de faire les efforts nécessaires lui permettant de recouvrir le peu par rapport à cette baisse dans ce contexte là. Nous avons également informé que nous avons demandé des efforts supplémentaires à la direction générale des Impôts en fonction des marges qui sont disponibles sur l’ordre de mille milliards que la direction générale des Impôts devraient apporter en supplément par rapport à la programmation initiale. Cela aussi vienne d’une évaluation de la situation de la direction générale des Impôts et du contexte des activités qui sont en cours et des réformes qui sont en train d’être mené. Vous savez que depuis qu’on a lancé le ITAX les perfections de caches sont quasiment disparue dans le procès. Ce qui a renforcé la sécurisation des ressources. Cet effort va s’élargir à d’autres recettes » a indiqué Lancinet Condé

A l’en croire, le ministre du budget dit avoir entendu les gens dire qu’il y a des lignes sur lesquels  «on ne perçoit rien, alors que quand on voit les faits on constate qu’il y a quand même le recouvrement». «Ce qui veut dire qu’il y a des marges lorsqu’on va digitaliser certaines opérations. Ces opérations vont être encaissé directement  sur le trésor et on va suivre et le chiffre sur nos écrans, mais le cache ne va plus circuler. Donc il faut élargir cela. Ça c’est un effort qui avait commencé. (….) Donc vous avez remarqué qu’au niveau des recettes la variation n’a été que de 0, 49%, moins d’un demi pour cent. Donc il y a baisse quelques parts, des ajustement quelques parts. Mais l’effet total est insignifiant. Cela veut dire que le vrai débat va venir plus tard lorsqu’on va commencer à travailler sur la loi initiale » a-t-il conclu.

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision