Zambie: Glencore vers la fermeture de sa mine de Nkana

Mopani Copper Mines, la filiale de Glencore en Zambie va fermer deux puits dans sa mine de Nkana, à l’Est du pays. Une décision qui sacrifiera plus de 2 000 emplois. Le gouvernement plaide pour une reprise de l’exploitation des deux sites par des entrepreneurs zambiens.

Selon nos confrères de la tribune Afrique, en Zambie, Glencore veut redessiner la carte de son business. Sa filiale locale, Mopani Copper Mining, prépare la fermeture de deux puits de la mine de Nkana -à l’Est du pays- détenue à hauteur de 73% par le géant anglo-suisse. Objectif : recentrer son business local autour des activités porteuses.

« Nous pensons que cette approche nous permettra de nous concentrer sur l’obtention de résultats à la fois sûrs et productifs, qui sont essentiels pour positionner Mopani pour un avenir prospère », indique le géant minier dans un communiqué transmis à la presse vendredi.

Selon les explications du groupe, ces puits miniers auraient atteint leur durée de vie maximale et depuis le départ, Glencore avait prévu de les fermer au bout d’un certain temps. Reconnaissant une fermeture anticipée, la firme invoque des raisons de coût financier au moment où ses ressources financières pour gérer ses activités en Zambie deviennent limitées.

2 000 emplois menacés, vers une reprise par des nationaux ?

Cette réorientation de Mopani Copper Mining sacrifierait près de 600 emplois directs et environ 1500 emplois indirects, soit plus de 2 000 emplois concernés. Le sujet agite actuellement la société civile qui s’interroge pour ces emplois qui ne seront pas redéployés.

Le gouvernement tente à son niveau de trouver une solution et encourage Glencore à céder les deux mines dont il veut se séparer à des entrepreneurs zambiens. « Nous sommes en train d’étudier la question. Entre temps, le gouvernement a indiqué que Mopani devrait céder les puits miniers du Nord et du Centre à nos sous-traitants zambiens, au lieu de les confier à des activités d’entretien et de maintenance », a déclaré Richard Musukwa, lors de son intervention sur ZNBC, la chaîne nationale.

En Zambie, important pays minier, ce secteur représente 75% de valeur totale des exportations et 12% du PIB. En tête des ressources les plus abondantes, le cuivre dont la Zambie est le deuxième producteur d’Afrique.

Pour rappel, la multinationale anglo-suisse  a été épinglée récemment par la justice américaine dans une affaire de corruption en république démocratique du Congo.