Violences post-électorales en Guinée : les fauteurs dans le viseur de la  CPI

Les violences post-électorales enregistrées ces derniers jours à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur du pays sont suivies par des institutions nationales et internationales.  Pour s’imprégner davantage de la situation, une mission de la Cour pénale internationale conduite par Eméric Roger, chef section analyse des situations à la Cour pénale internationale (CPI)  séjourne à Conakry depuis vendredi.

L’objectif de la visite s’inscrit dans le cadre du dossier du 28 septembre, mais aussi des violences post-électorales, enregistrées en Guinée  après le scrutin du 04 février dernier. Pour le chef section analyse des situations à la CPI, Eméric Roger, il est important que les gens se ressaisissent fasse à la violence. Dans le même sillage, il indique que la cour pénale internationale (CPI) observe de près ce qui se passe en Guinée.

Pour rappel, des affrontements ont eu lieu à Kalinko dans la préfecture de Dinguiraye, dont le bilan a fait 5 morts et des maisons calcinées. A Kindia également, Thierno Alimou Barry âgé d’une trentaine d’année et à Conakry Mamadou Dian  Diallo étudiant dans une université de Conakry, résident dans le quartier carrière ont été tués.

Mamadou Diallo pour afriquevision.info

contact@afriquevision.info

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *