- A la une, Actualités, Politiques

Un président qui fait tirer sur son propre peuple est un criminel. Alpha Condé mérite la CPI (Par Tierno Monénembo)

Inutile de chercher dans notre merdier électoral les chiffres qui corroborent  le triomphe que clame le tyranneau de Sékoutouréyah. Ils sont connus d’avance. Ces cyniques les ont   inventés et notés bien avant la mascarade du 18 octobre.

Ceci  n’est rien moins qu’un putsch. Tous les signes qui le montrent sont là : Internet coupé, réseaux téléphoniques  perturbés, villes et villages quadrillés par les forces de l’ordre etc.

Tout ça pour une simple élection !

L’aveu est fait, Alpha Condé se présente aux yeux du monde entier comme un despote, un petit Pinochet des Tropiques. Sa nouvelle Constitution est une escroquerie, ses élections,  du pipeau. Un président qui fait appel à l’armée est un président mal élu. Un président qui coupe les canaux de communication est un président qui a des choses à cacher. Un président qui fait tirer sur son propre peuple est un président criminel. Un président qui fait kidnapper ses opposants par des hommes cagoulés est un président voyou. Un président qui prend en otage son concurrent légal est un  président terroriste. Un président qui viole la Constitution de son pays est un président indigne de sa citoyenneté. Un président qui triche aux élections est un président escroc.

Pour toutes ces raisons et pour bien d’autres encore, Alpha Condé mérite sinon la CPI, du moins  la  réprobation des grands de ce monde.

Rien de tout cela. Rien sur l’illégalité du  troisième mandat. Rien sur la publication dans le journal Officiel d’une Constitution falsifiée. Rien sur l’interdiction faite à Cellou de fouler le sol de Kankan, rien sur sa séquestration. Rien  sur le barrage fait à Ousmane Kaba, devant les portes de Siguiri. Rien sur les tueries d’hier et d’aujourd’hui. Rien sur la réquisition de l’armée dans la sanglante répression en cours. Rien sur la belliqueuse harangue que le petit chef du RPG a faite à ses partisans : « Nous n’allons pas à une élection, nous allons à la guerre ! »

Dans ce « cirque de la vallée de la mort », pour reprendre le beau titre du roman d’Alioune Fantouré,  Cellou Dalein Diallo est le seul coupable, le seul que stigmatisent ces tartuffes de la Communauté Internationale. Son  impardonnable crime ? Avoir procédé à son propre dépouillement sur la base des procès-verbaux publiquement et officiellement affichés devant les bureaux de vote. Un tout petit délit par rapport aux nombreux crimes dont Alpha Condé s’est rendu coupable en dix ans de règne macabre sans encourir le moindre reproche ! Un petit délit savamment maquillé en crime par ces zozos de la Cedeao, en particulier, cet ubuesque personnage dénommé Francis Béhanzin dont les propos décousus et le zèle-pro-condé font la risée de  l’Afrique.

Posons à ces hypocrites la seule et simple question qui vaille : Qu’auriez-vous fait à la place de Cellou ? Auriez fait confiance à la Ceni et  à la  Cour Constitutionnelle ? Non ! Vous savez mieux que quiconque, pour en être les nuisibles complices, que ces institutions aux apparences légales ne sont que des machines à truquer, des sordides officines au service d’un président riche en prébendes, expert en chantages et en coups de trique. Vous savez bien que n’importe qui  se serait suffi des résultats officiels, un tant soit peu que la Ceni fût crédible et la Cour Constitutionnelle, fiable.

Mais laissons tomber cette Cedeao à laquelle plus personne ne croit du fait de ses agents versatiles et corrompus qui ont depuis longtemps, trahi notre idéal d’unité et de démocratie au profit de leurs intérêts personnels et sordides. Ne nous fions pas à l’Union Africaine non plus ; ni d’ailleurs  à la CPI ou aux Nations-Unies.  Comme les mafias, ces organismes sont toujours du côté du pouvoir en place, jamais du côté de l’opprimé, jamais du côté de la veuve et de l’orphelin. La démocratie et les droits de l’homme dont ils se gargarisent ne sont que des paravents. Et leurs stratégies et les intérêts qu’ils défendent échappent à notre compréhension.

Madame Ben Souda est-elle sincère quand, au nom de sa très louche CPI, elle menace de poursuites ceux –lesquels ?- qui profèrent des propos à caractère ethnique et poussent à la violence ? Fait-elle semblant d’ignorer qu’en Guinée, le principal facteur de division et de haine s’appelle Alpha Condé ?  Doit-elle attendre un syndrome à la rwandaise pour adresser à notre prossefeur, à défaut d’un mandat d’arrêt international, une mise en garde ou un blâme ? Elle, la grande pourfendeuse des crimes contre l’Humanité, quel effort a-t-elle fourni pour traîner à La Haye les horribles criminels du Stade du 28 Septembre ? Aucun !  Qui, son inexcusable laxisme cherche-t-il à protéger ?

Et  ce cher Monsieur Antonio Guterres, s’il veut un dialogue sincère et constructif, qu’il commence par appeler au retrait de l’armée de nos maisons et de nos rues ; qu’il use de son pouvoir pour arrêter le massacre de nos femmes et de nos enfants. Surtout, surtout, qu’il pointe du doigt les raisons objectives de la crise guinéenne : la violation de la Constitution et le trucage électoral. En particulier, ce dernier point qui, s’il était clairement élucidé, ferait nettement baisser la tension. Pourquoi puisqu’il tient tant à ramener le calme dans notre pays, ne propose-t-il pas un nouveau décomptage des voix sous l’égide des Nations-Unies, cette fois, comme cela s’était fait en Côte d’Ivoire, une décennie plus tôt. Un dépouillement fait à la lumière du jour, au vu et au su de tous, règlerait une fois pour toute, la question. Sauf qu’un décompte honnête, vous pensez bien, Alpha Condé n’en voudra jamais. Et pour cause !

Et puis, tout bien réfléchi, laissons les grands de ce monde vaquer à leurs planétaires affaires. Occupons nous-mêmes de notre misérable Guinée. Après tout, c’est notre problème. Pas celle de Ben Souda, d’Ibn Chambas, de Béhanzin ou de Tartempion. Nous sommes les mieux indiqués pour poser le diagnostic de notre pays malade, les mieux à même de lui prescrire le bon remède. Pour cela, commençons par bien poser le problème. Contrairement à ce que veulent nous faire croire Alpha Condé et la mafia du fer et du diamant qui le manipulent, la question n’est ni ethnique ni religieuse ni régionale. Elle est politique, purement et simplement politique.

En Guinée comme d’ailleurs, en Côte d’Ivoire ou au Rwanda, invoquer le tribalisme pour expliquer les crises relève d’une plaisanterie politique de  mauvais goût. Cela les Guinéens le savent bien qui ont su éviter le chaos général malgré les discours de haine que de Sékou Touré à Alpha Condé, nos différents dirigeants ont eu la sottise de proférer. Rien ni personne ne rompra les liens que l’Histoire a tissés et tisse encore entre nos ethnies depuis l’empire du Ghana au moins. Par chance, notre société est plus intelligente que sa classe politique. C’est cette vertu-là qui nous a jusqu’ici empêché de sombrer. C’est cette vertu-là qui nous empêchera de sombrer, cette fois-ci aussi.

Nos ethnies n’ont qu’un seul et unique ennemi : la dictature sous ses différents visages. Et la dictature n’est pas une personne, c’est un système. C’est contre ce système-là que nous devons nous unir et combattre. Mourrons tous s’il le faut ! Rien de plus beau que de mourir pour la liberté ! Malgré le trucage électoral et les balles, nous ne devons ni hésiter, ni reculer ni céder jusqu’à la chute d’Alpha Condé et de sa clique. « De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! ». Avançons en comptant sur nos propres forces. Il ne s’est encore rien passé.

C’est maintenant que le combat commence !

 

Par Tierno Monénembo

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision