Tribune Libre : Cellou Dalein Diallo mérite la présidence

Le leader de l’UFDG mérite la présidence car, depuis 9 ans, il est la mesure de toutes les actions politiques du président Alpha Condé.

On n’aura pas besoin de l’expérience des pères de la science politique pour établir facilement que, si Alpha Condé n’avait pas face à lui un opposant appelé Cellou Dalein Diallo, il aurait dirigé autrement la Guinée, peut-être même moins agacé, moins anarchiste, beaucoup moins je-m’en-foutiste…, bref plus démocrate.

Mais, c’est la réalité ! La principale critique d’Alpha Condé, alors opposant contre le régime du général, c’était que : « Lansana conté est le seul mal de la Guinée, ses ministres, non ! Même s’il nommait Bill Clinton Premier ministre (ou chef du gouvernement guinéen), l’échec était assuré car le problème est au niveau du président ».

Cette critique est la marque d’Alpha Condé quand il était opposant. Devenu président de la République, et ayant face à lui un opposant très populaire, Cellou Dalein Diallo, curieusement l’actuel chef de l’Etat change dangereusement (ou scandaleusement) son discours : « Je m’étais trompé, Lansana conté n’était pas le mal de la Guinée, mais ses ministres ».

Les conséquences directes de ce ridicule virement politique, c’est que pendant 9 ans à la tête du pays, Alpha Condé se comporte plus comme opposant qu’un chef de l’Etat.

Et les conséquences directes de ce comportement, le RPG Arc-en-ciel n’a pratiquement aucun programme politique, économique, ou social pour la Guinée, tout l’effort du pouvoir étant gaspillé dans des politiques-politiciennes, de la propagande, de la démagogie, des mensonges énormes, et tout ça pour tenter de neutraliser ou éliminer un seul homme politique, l’opposant qui fait paniquer par sa seule raison d’être ce qu’il est : Cellou Dalein Diallo, le leader de l’UFDG.

C’est cela la réalité ! Toutes les actions politiques du régime d’Alpha Condé sont motivées par ce qu’a fait le leader de l’UFDG, ce qu’il fait, et ce qu’il fera.

La preuve palpable, regardons les différentes nominations aux postes ministériels dans le régime actuel. Les ministres ou fonctionnaires sont nommés, en général, sur la base d’un seul critère politique : vous étiez avec Cellou, vous n’êtes plus avec lui. Vous aimiez Cellou, vous ne l’aimez plus. Vous étiez un collaborateur fidèle de Cellou, vous ne lui êtes plus fidèle, etc…

Alpha Condé ne se serait jamais jeté dans une politique divisionniste ethnocentriste, s’il n’avait pas face à lui un opposant compétent et populaire. Il n’aurait jamais dit, lui et ses ministres, que « ceux qui descendent dans la rue pour manifester, vont à la boucherie pour se faire tuer ». Il n’aurait jamais négligé de nombreux cas judiciaires, de haute importance, qui restent sans être élucidés aujourd’hui.

Inéluctablement, Cellou Dalein Diallo est le vrai maître du pouvoir actuel en Guinée. Alpha Condé et ses complices se préparent à violer gravement la Constitution guinéenne. Et là aussi apparaît la personnalité de Cellou Dalein Diallo. Il faut violer ou changer entièrement une Constitution avec l’argumentation : « Pourquoi nous ne le ferons pas si Cellou Dalein Diallo, à son tour, fut capable de le faire avec le régime de Lansana conté ? »

Cellou Dalein Diallo mérite la présidence. Il n’a jamais été président de la République, mais aujourd’hui, il est tellement visé par le pouvoir d’Alpha Condé qu’on a l’impression que Lansana conté, c’était lui.

 

Naby Laye CAMARA

Bruxelles