Tribune. Il est illégal de suspendre le vice-président de la Féguifoot de ses fonctions sans l’avoir écouté !

Comment un comité d’éthique peut suspendre un vice-président de la Féguifoot sur simple déclaration de Paul Put sans prendre la peine, en tant que comité d’éthique, supposé impartial, d’écouter l’accusé Amadou Diaby qui bénéficie de la présomption d’innocence ?

Il est illégal de suspendre le vice-président de ses fonctions sans l’avoir écouté, le confronter à son accusateur, confronter les moyens de preuves et de défense des deux parties et, sur la foi, rendre un jugement digne des hommes du 21ème siècle. Dans quel pays sommes-nous ?

Il est incompréhensible que le gouvernement Kassory Fofana laisse se commettre de tel acte de non droit sans ordonner la défense des droits de chaque partie en citoyens égaux en droit et en devoirs.

Devons-nous comprendre que Paul Put est un saint et sur sa simple déclaration contre un guinéen on peut confondre ce dernier sans lui concéder son droit à la réplique et à la défense ?

Est-ce que Put a déposé au niveau du comité d’éthique une copie d’un protocole signé avec Diaby qui prévoit le versement des 10% de son salaire à Diaby ? Est-ce que Paul a déposé au comité les 16 reçus que Diaby lui délivré pour le versement des 10% pendant les 16 mois qu’il vit en Guinée ?

Diaby doit certainement en faire sa toute première réclamation au comité. A défaut de preuves matérielles produites par l’accusateur, sur quelle base le comité peut s’enorgueillir de cette suspension de Diaby à la face du monde ?

Si Diaby récuse les simples déclarations de Put, quels moyens disposent le comité pour avancer équitablement dans ce dossier? Sur quelle base le Bureau exécutif peut prendre acte d’un tel acte du comité ? La balle est dans le camp d’Amadou Diaby. Mais nous, citoyens épris de justice, allons dorénavant suivre la suite de cette affaire.

Quid des 63 milliards de francs ?

 

Honorable Dembo Sylla

Vice-président de l’Assemblée Nationale

Elhadj Dembo SYLLA