RDC/COMMUNIQUE DE PRESSE N°0013/ASADHO/2018 : « L’ASADHO appelle tous les candidats aux élections de décembre 2018 à la retenue »

Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO). African Association for the Defence of Human Rights. L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO, est très préoccupée par les appels à la violence lancés par certains candidats aux élections de décembre 2018 ou par leurs participants pendant la période de campagne électorale. 

En effet, plus la campagne électorale tend vers son terme, plus on enregistre des appels à la violence lancés  par certains membres du Front Commun pour le Congo (FCC) et de la coalition de l’opposition dénommée LAMUKA pour que leurs militants s’en prennent aux militants des partis politiques adverses ou aux matériels électoraux de la CENI.

En date du 13 septembre 2018, Monsieur Olivier KAMITATU  avait, par un tweet, déclaré que « Si Corneille Naanga s’entête à imposer ses 100.000 machines à tricher, il devra déployer derrière chaque machine d’elles un policier pour qu’elles ne soient pas cassées, détruites, brulées ! Les congolais vont se charger de faire respecter la loi électorale »

En date du 08 décembre 2018, le Gouverneur de la province du Haut Katanga, Monsieur PANDE KAPOPO lors d’une réunion avec les jeunes du FCC a appelé à la violence pour imposer la candidature de Monsieur RAMAZANI SHADARY  et a garanti l’impunité à tout jeune qui serait arrêté pour avoir usé de la violence contre les membres des partis politiques de l’opposition. Il a dit entre autre que «Le Haut Katanga est le fief de Monsieur RAMAZANI SHADARY, on ne permettra à personne d’autre de venir faire la loi ici. Nous sommes prêts à prendre tous les risques pour SHADARY. Nous sommes au pouvoir de quoi avez-vous peur ? N’ayez pas peur, je suis au pouvoir ici. Si quelqu’un te met au cachot le matin, le soir, je vais te faire sortir. Même si on t’arrête, je vais demander au policier de te libérer et de me mettre moi-même au cachot. Je suis au pouvoir ici et le président Kabila est au sommet, on te fera rien… »

En date du 14  décembre 2018, le Ministre du Développement Rural, Monsieur BITAKWIRA s’adressant aux communautés locales de Uvira,  il les a appelées à s’attaquer aux membres des partis politiques de l’opposition, en ces termes : «La démocratie a beaucoup d’exigences. La démocratie n’est pas différente du sport….C’est comme ça que je demande à la population de Uvira quand le candidat du FCC va venir à Uvira tous ceux qui sont pour les autres candidats que ça soit le numéro 4, numéro 20… vous venez vous placer au stade où se tient le meeting du candidat du FCC, vous commencez à chahuter , vous commencez à indiquer des lois qui ne correspondent pas au chiffre numéro 13, avant de venir au stade, il faut dire au revoir à votre père, à votre mère parce que vous n’êtes pas sûrs de rentrer à la maison ce jour-là… ».

L’ASADHO estime que ces propos extrêmement graves sont de nature à créer et à entretenir  des tensions pendant la campagne électorale,  le jour du vote et après. En cas de commission de tout acte de violence qui entrainerait la destruction des biens publics ou privés, la mort d’hommes ou atteintes à l’intégrité physique des congolais, ces personnalités et leurs exécuteurs seraient tenus responsables.

Face à ce qui précède, l’ASADHO recommande : A la Cour Pénale Internationale de :

– Rester attentive aux appels à la violence lancés par certains leaders politiques ;

Au Procureur Général de la République de :

–  Ouvrir des poursuites judiciaires à l’encontre des personnes bien identifiées dans le présent communiqué ;

Aux responsables du FCC et de LAMUKA de :

– Se désolidariser publiquement des incitations à la violence lancées par Messieurs Olivier KAMITATU, PANDE KAPOPO, BITAKWIRA,

Aux populations congolaises de :

– Rester vigilantes et s’abstenir de voter pour tout candidat dont les partisans incitent à la violence avant, pendant le vote.

 

Fait à  Kinshasa, le 18 décembre 2018

                                                                                                        ASADHO

Pour toute information, contactez :

Maître Jean Claude KATENDE : Président National