- A la une, Actualités, Afrique, Economie, Societe

Mali : un scandale de corruption éclabousse  au plus haut sommet de l’Etat

La corruption est un fléau qui ravage l’Afrique. Dans certains pays, comme le Mali, il a pris des dimensions inégalées. Il s’est même accentué ces dernières années avec l’arrivée du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) au pouvoir. Un nouveau scandale vient d’ailleurs d’éclater dans le pays. L’armée, sur qui compte le Mali pour défendre son territoire en ces temps troubles, est touchée.

L’histoire commence au mois de mai 2015, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), avait annoncé sa volonté de doter le Mali d’un outil de défense capable de relever les nombreux défis sécuritaires du moment. Une volonté qui devait se concrétiser par l’adoption de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM). Adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale au cours du même mois, cette loi avait prévu de mobiliser un budget de 1230,563 milliards Fcfa sur la période allant de 2015 à 2019 en faveur de l’armée.

Un budget aussi important aurait pu permettre à l’armée malienne de renforcer ses capacités et faire face aux menaces de plus en plus grandes dans la région, mais les choses se sont déroulées autrement. Selon nos sources, un seul homme a pu bénéficier des contrats prévus dans le cadre de ce programme. A.T, est un riche homme d’affaires à la tête d’une dizaine d’entreprises. Toutes liées par des contrats avec l’armée malienne. En effet, à chaque fois qu’un appel d’offres est lancé, les entreprises appartenant à A.T sont sûres de les obtenir.

Toutefois, si obtenir autant de marchés publics n’est pas un problème en soi, le fait de fournir des produits de mauvaise qualité à l’armée du pays est plus que réprimandable. Gilets, casques, chaussures… rien ne répond aux qualités requises. Selon nos sources, les chaussures fournies à l’armée ont plein de défaut, certains sont déchirés et ils ont couté plus d’un milliards de CFA aux contribuables maliens.

Dans le collimateur, des sociétés telles que DANAYA BUSINESS SARL, MCD SARL, BOCOUM DISTRIBUTION, S.A.F.D SARL, AGECO SARL BTP, AB SERVICES, NOUVELLE LUNE, BOUGOUDA SARL, RAMA SERVICE ou MBA FATOUMARA, toutes appartenant à A.T. sont derrière ce scandale qui continue de coûter des milliards aux maliens.

Le scandale prend une plus grande ampleur quand on apprend que le riche investisseur n’est en réalité qu’un homme de paille. Derrière, se cache bien un homme bien placé et surtout très proche du président. Il est même l’un des hommes les plus détestés du pays. Karim Keïta, fils du président et dont les maliens réclament le départ depuis plusieurs jours.

Suivant les traces de ces contrats, AC a pu constater que DANAYA BUSINESS SARL, signataire du contrat 2016-026 relatif à la fourniture de matériels de protection, de survie et de précision au profit du MDAC, avait signé pour 10.341.752.000 FCFA. La même entreprise est également signataire du contrat numéro 2018-013 relatif à la fourniture de gilet pare-balles et de casque balistiques au profit du MDAC. Ce contrat est une d’une valeur de 3.214.939.500 FCFA

Au total c’est plus de 100 milliards de FCFA par an qui vont dans la poche de l’homme de paille qui continue depuis 2016 à bénéficier des marchés de l’armée. Une situation qui, au-delà de ce qu’elle compte au malien en terme des finances, coûte trop cher à l’armée malienne dont les hommes sont déployés sur le terrain.

 

Par Afriqueconfidentielle. com

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision