Le Nigeria première victime du vol de pétrole à travers le monde (Etude)

Le Nigeria, premier producteur africain de pétrole brut, est la principale victime du phénomène de vol de pétrole qu’on retrouve dans de nombreux pays producteurs. Au total, le pays perd environ 400 000 barils par jour dans les circuits de vol, de siphonnage ou encore de contrebande.

C’est ce que révèle une étude de la Charte des ressources naturelles du Nigeria (NNRC), réalisée sur les 10 dernières années.

Cela place le pays au premier rang des victimes de ce phénomène. Le Mexique qui connait les mêmes difficultés est classé deuxième avec des pertes de 5 000 à 10 000 barils par jour. Il faut savoir que 75 % du pétrole volé dans le monde provient du Nigeria.

Niyi Awodeyin, chercheur à la NNRC, a indiqué que le pays perd, chaque année, entre 7 et 12 milliards de dollars à cause du vol de pétrole brut. L’année dernière, un rapport de l’université de Yale a fait savoir que chaque année, la valeur des échanges au noir des produits pétroliers s’élève en moyenne à 133 milliards de dollars.

Les 400 000 barils/jour d’huile volée au Nigeria sont surtout supérieurs à la production de nombreux pays africains qui dépendent du pétrole pour financer leurs budgets. C’est plus que les productions ghanéennes et gabonaises réunies.

Malheureusement, déplore le chercheur, « le vol de pétrole pourrait se poursuivre sans relâche parce que les politiques actuelles ne suffisent pas à dissuader les acteurs ».

 

Avec Agence Ecofin