Dr Alya Diaby dit Oui à une nouvelle constitution

Le président de l’Institution Nationale  Indépendante des droits de l’Homme (INIDH), Dr Alya Diaby est sorti de son silence ce lundi 10 juin face à la question qui défraie la chronique en Guinée « Nouvelle Constitution ». Selon lui, le débat sur le sujet devrait être fondé sur les idées, ce qui pourrait amoindrir les risques de violences.

« A l’allure où ils vont les débats, nous craignons que ces agitations se transforment en violence. Ce qui pourraient affectés les droits de l’homme. C’est pourquoi, en tant qu’institution témoin, nous appelons  les acteurs au respect des idées de chacun », a indiqué le président l’INIDH.

A l’en croire, la constitution n’est pas synonyme d’un document divin, dont la modification ne peut  faire l’objet de modification, « la constitution n’est pas une tombe où repose à jamais l’Etat. Elle n’est pas non plus une tente dressée pour le sommeil », a affirmé le juriste enseignant.

Pour le patron de cette institution, le président guinéen Alpha Condé peut proposer un nouveau pacte social qui soit durable. « Le référendum est possible. Mais le débat devrait porter sur les conditions dans lesquelles l’organisation du  vote soit garantie. Notamment sur le contenu du projet et  les règles du jeu », a égrainé le juriste.

Cette  annonce a été  faite en présence des commissaires de l’institution et d’autres responsables comme Hadja Rabiatou Serah Diallo présidente  du CES, Mohamed Lamine Fofana ministre par intérim de la Justice venus assister à la session plénière de l’organisation.

 

Karaiba Diaby pour afriquevision.info

contact@afriquevision.info