- A la une, Actualités, Afrique, Societe

Coronavirus: l’éminent journaliste Zimbabwéen Zororo Makamba est décédé « seul et effrayé »

Wororo Makamba, 30 ans, était « seul et effrayé », selon son frère aîné qui s’est entretenu avec le quotidien privé zimbabwéen, Daily News.
Makamba était soigné à l’hôpital Wilkins, désigné comme le principal établissement d’isolement pour les patients atteints du coronavirus à Harare, la capitale du Zimbabwe.

Il est décédé peu de temps après avoir parlé à sa famille.

La mort de Makamba, un journaliste bien connu, est survenue rapidement – moins de trois jours après son diagnostic.
Célèbre pour ses commentaires en ligne sur l’actualité social et politique, sous le slogan « State of the Nation », sa mort est un événement triste mais aussi important dans le pays.

Il a été la première victime du coronavirus dans le pays et cela a choqué le Zimbabwe.
Le fait que Makamba provenait d’une famille riche et prestigieuse ne l’a pas sauvé, et selon les membres de la famille, sa mort a mis en évidence les insuffisances du système sanitaire zimbabwéen face à la menace du conronavirus.

«La mort aurait pu être évitée»

« Le gouvernement est mal préparé à lutter contre le virus », a déclaré le frère aîné Tawanda Makamba au Daily News.
Le ministère de la Santé a déclaré que ses antécédents médicaux l’ont rendu vulnérable à la maladie. Il avait subi une intervention chirurgicale en novembre dernier pour retirer une tumeur dans son poumon et était en convalescence.
Bien que sa famille admette que son système immunitaire était faible, ils insistent sur le fait que sa mort aurait pu être évitée.
Très peu de gouvernements étaient préparés à une crise de santé publique de cette ampleur.

Alors que le coronavirus balayait l’Asie, l’Europe et les États-Unis, le Zimbabwe observait de loin les pays avancés dotés de systèmes sanitaires mieux développés s’effondrer sous la pression.
La pénurie de lits d’hôpitaux, de combinaisons de protection et d’équipements de sauvetage, tels que des ventilateurs, est un problème mondial.

«Le monde a besoin de savoir ce qui s’est passé»

La différence est que beaucoup de ces pays ont été submergés par des centaines, puis des milliers de patients. Le Zimbabwe, semble-t-il, a été dépassé par un.

« Le monde a besoin de savoir ce qui est arrivé à Zororo », a déclaré son frère Tawanda à la BBC lors d’une brève conversation téléphonique.
Zororo Makamba était revenu de New York avec des symptômes analogues à la grippe et son médecin lui avait dit qu’il s’agissait d’une grippe ordinaire, dit la famille.

Mais le vendredi 20 mars, son état s’est détérioré et il a été testé pour le coronavirus. Le résultat positif n’a été obtenu que tôt le samedi matin, mais son admission dans le centre d’isolement a été retardée car « ils n’étaient pas prêts pour l’interner », selon sa famille.
Il a finalement été admis, malgré l’absence de respirateur médical pour l’aider à respirer. Makamba est ensuite décédé lundi matin.
L’autorité de la ville de Harare rejette toute accusation de négligence.

Dans une série de messages publiés sur les réseaux sociaux, il a déclaré que « le personnel de l’hôpital a fait tout ce qu’il pouvait pour lui sauver la vie », mais a admis que la clinique n’avait pas de respirateurs mécaniques.

« Tous les patients n’ont pas besoin de respirateurs … nous avons commencé avec l’un des pires cas nécessitant un respirateur », a déclaré le docteur Prosper Chonzi, directeur de la santé de la ville, aux médias officiels.

‘’Manque de fonds’’

Ils n’avaient pas non plus reçu les fonds nécessaires du gouvernement central pour équiper leur établissement pour faire face aux cas de coronavirus.

« On nous a confié une mission dépourvue de financement », a déclaré le Dr Chonzi.
Le gouvernement a reconnu ses responsabilités et son incapacité à faire face à plus de cas.
« Les gens expriment à juste titre leur inquiétude quant à notre capacité à combattre le Covid-19 », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Nick Mangwana, dans un tweet.

« Nous pouvons lutter contre cela si [nous] adoptons une approche nationale. »
Le président Emmerson Mnangagwa a déclaré :  » chaque jour, nous augmentons notre capacité de réaction ». Il a depuis annoncé un confinement sur le plan national à partir de lundi.

Mais l’état de l’hôpital Wilkins est révélateur d’un problème plus vaste.

Don de respirateurs

Depuis des décennies, le système de santé du Zimbabwe est en déclin. Au pire, les hôpitaux publics n’avaient ni eau courante ni antidouleurs. Les médecins disent qu’ils ont parfois été contraints de laver et de réutiliser les bandages.
Des détracteurs reprochent au gouvernement d’avoir laissé la situation se détériorer, soulignant que de hauts fonctionnaires vont se faire soigner à l’étranger aux frais du contribuable.

Après la mort de Makamba, certaines entreprises du secteur privé ont annoncé mercredi leur intention d’établir des installations d’isolement dans plusieurs cliniques privées inactives.
L’annonce a été accueillie avec joie et cynisme.

Selon certains, la proposition à ce stade est la bienvenue, mais d’autres disent que les riches et les puissants mettent en place des installations pour eux-mêmes.
Le gouvernement insiste sur le fait que l’accès sera pour tous.

Pendant ce temps, un important lot d’équipements de protection et de kits de test est arrivé dans le pays, don du milliardaire chinois Jack Ma et l’hôpital Wilkins est en cours de rénovation grâce à l’aide chinoise.

Des respirateurs ont également été donnés à Wilkins, mais ils sont arrivés trop tard pour sauver Makamba.
La mort du jeune journaliste a été « son état de la nation le plus profond et le plus percutant… il a dénoncé les mensonges du gouvernement et de l’opposition », a tweeté le propriétaire de média, Trevor Ncube.

« Sa mort solitaire et douloureuse nous a rappelé à tous que nous sommes le changement que nous recherchons. »

Bbcafrique

About Afriquevision Afriquevision

Read All Posts By Afriquevision Afriquevision