Choix de l’opérateur technique sans appel d’offres : A quoi joue la CENI ?

L’équipe dirigeante de la Ceni commençait à inspirer confiance dès après l’installation de son nouveau Président. La tournée qu’il avait entamée dans les QG des partis politiques pour rassurer d’une collaboration sincère entre acteurs engagés dans le processus électoral avait suscité une lueur d’espoir.

Mais depuis, l’institution en charge de l’organisation des élections semble être rattrapée par ses mauvaises habitudes décriées  par le passé.

Si cette information s’avère vraie, ce serait un recul dans la volonté de mettre en place une CENI crédible. C’est cette démarche clandestine de la CENI pour recruter un opérateur sans appel d’offres, sans l’élaboration de cahier des charges.

Toute chose qui pourrait nous conduire vers une situation incontrôlée ! Peut-être qu’elle nous évitera un tel chaos.

Il faut rappeler que les conclusions de l’audit du fichier en 2018 ont révélé de graves manipulations du fichier électoral Guinéen après la présidentielle de 2010. A partir de 2013, le fichier Guinéen a ‘’inflaté’’ à une proportion inquiétante passant de 4 millions à plus de 6 millions d’électeurs que seul un audit sérieux et conséquent a permis de démanteler. Une des   recommandations de l’accord du 12 octobre 2016.

C’est ainsi qu’il a été découvert que 1.564.388, soit 25% des électeurs  sont sans empreintes digitales ;  sur les 6 millions d’électeurs que seuls 1.487.355 enregistrés par Gemalto ont été de doublonnés ; 3.051.773 d’électeurs n’ont pas été injectés dans le moteur AFIS pour le dédoublonnage et plus de 3 millions  d’électeurs nés tous un 1er janvier ou un 1er juillet (voir rapport d’audit).   Cette machination dans le but de créer des électeurs fictifs et donner des possibilités de manipulation, a été orchestrée pendant 5 ans par trois opérateurs : WaymarK (Sabary) en 2013, Gamalto en 2015 et Brytech en 2018.

C’est pourquoi, après   avoir démasqué toutes ces irrégularités dans le fichier, qui sont de nature à impacter négativement les résultats d’une élection et sont sources de conflit, il a été recommandé et par comité de suivi et dans l’audit du fichier, l’élaboration d’un cahier des charges, suivi du recrutement d’un nouvel opérateur sur appel d’offres, en excluant tout operateur ayant des antécédents qui ont entrainé des crises post-électorales en Guinée.

Alors faisant fie à toutes ses recommandations, la CENI par le truchement du gouvernement, serait déjà à pied d’œuvre pour recruter par gré-à-gré un opérateur sans l’élaboration du cahier des charges, sans consultation des   partis politiques d’opposition et des partenaires techniques financiers (PNUD, UE, OIF, CEDEAO).

Selon les mêmes sources, un opérateur Sud-coréen reconnu pour sa non fiabilité dans des élections en Afrique et l’opérateur Thales qui a racheté Gemalto, qui a pourtant des antécédents en Guinée, seraient approchés. Alors que nous n’avons pas oublié les manifestations, les morts et dégâts matériels suites aux contestations des résultats des élections de 2013 et 2015. Sans oublier, qu’en 2018, la NEC (la commission électorale de République Sud-coréenne) avait désapprouvé par un communiqué l’utilisation de l’opérateur Sud-Coréen lors de la présidentielle au RDC.

Ainsi, s’achemine-t-on vers un conflit qui découlera   du choix fantaisiste d’opérateur qui ne sera accepté par personne ? Allons-nous accepter un tel choix après avoir pris connaissance du résultat des audits ? Certainement NON ! A la CENI de ne pas ouvrir cette ‘’Boite de Pandore’’ !

Il lui appartient de revenir aux recommandations des audits et du comité de suivi afin d’associer tous les acteurs à l’élaboration du cahier des charges en vue du choix d’un nouvel opérateur par appel d’offres.

 

Ahmed Tidiane Sylla