Ce conseil de Barack Obama peut bien inspirer Alpha Condé

Pas grand commentaire à faire là-dessus. Sauf que le 44e président des Etats-Unis (en fonction du 20 janvier 2009 au 20 janvier 2017) a affirmé le 28 juillet 2015 en Ethiopie avoir de bons scores pour se représenter pour un troisième mandat, mais, précise-t-il, la constitution de son pays le lui interdit.

C’était une façon pour lui d’introduire son message à l’endroit des dirigeants africains, en ces termes : «Les progrès démocratiques en Afrique sont en danger quand les dirigeants refusent de quitter le pouvoir à l’issue de leur mandat (…). Je ne comprends pas pourquoi les gens veulent rester longtemps au pouvoir, surtout quand ils ont autant d’argent. J’ai entendu un dirigeant dire: ‘‘je suis le seul à pouvoir unir ce pays’’. Si c’est vrai, alors ce dirigeant n’a pas réussi à réellement bâtir son pays. Regardez Nelson Mandela ! Madiba, comme George Washington, ont laissé héritage durable. Pas seulement pour ce qu’ils ont fait en fonction, mais en quittant leurs fonctions et en transmettant le pouvoir pacifiquement ».

C’est connu. En Guinée, l’alternance pacifique au pouvoir est plus qu’une nécessité vitale pour la jeune démocratie. Ce conseil peut bien inspirer le président Alpha Condé par ces temps où le monde entier suit avec attention les mouvements l’appelant à faire changer les termes de la Constitution pour se représenter candidat à un autre mandat.

Pis encore, les garanties d’un remake de l’alternance pacifique réussie sous le régime du général Sékouba Konaté en 2010 se raréfient au fur et à mesure que l’échéance 2020 approche.

 

Par Gordio Kane

In Le Populaire