Azali Assoumani, président des Comores à la conquête des partenaires à Paris pour le développement de son pays

La Conférence des partenaires pour le développement des Comores est un rendez-vous international de haut niveau pour présenter et financer le Plan Comores Emergent (PCE) au siège de la Banque mondiale à Paris, les 2 et 3 décembre 2019.
Organisée sous le haut patronage et en présence de S.E.M. Azali ASSOUMANI, Président de l’Union des Comores, la Conférence des Partenaires au Développement des Comores – CPAD s’est tenue, les 2 et 3 décembre 2019 à Paris, au siège de la Banque mondiale. Une initiative soutenue par la République française, la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement.
Cet événement stratégique avait pour objectif de rassembler les fonds nécessaires à la mise en œuvre de l’ambitieux Plan Comores Emergent (PCE) qui vise à faire des Comores un pays émergent à l’horizon 2030.

Une conférence pour offrir une nouvelle dynamique aux Comores

« Conscient du retard accumulé par mon pays, j’ai voulu formuler une nouvelle espérance pour la Nation comorienne. Cette espérance, je la formule autour de l’émergence comme moteur des aspirations de notre peuple. Le Plan Comores Emergent décline cette ambition de manière à orienter l’action de tous, Etat, secteur privé, corps intermédiaires, société civile, partenaires au développement, au service de l’œuvre commune que doit être l’émergence des Comores ».
Faire des Comores un pays émergent, tel est le projet porté par le président comorien, S.E.M. Azali ASSOUMANI. Le Plan Comores Emergent est le moyen pour y parvenir. Il s’agit d’un programme de développement qui représente un investissement de plus de 4,2 milliards d’euros et qui reprend les Objectifs de Développement Durable de l’ONU et ceux de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Il définit les principaux moteurs de développement de l’économie nationale que sont le tourisme, l’économie bleue, les services financiers, l’agriculture et l’industrie. Le résultat attendu de ce Plan vise à offrir aux Comores une croissance annuelle de 8%.

Deux jours pour découvrir le potentiel incroyable de l’archipel

Conférences et panels de haut niveau avec des acteurs économiques internationaux de premier plan, présentation par des membres du gouvernement du Plan Comores Emergent et des projets qui en découlent, échanges de haut niveau en présence d’experts économiques et financiers internationaux, l’ensemble du programme de ces deux journées a mis en lumière les atouts d’un pays prometteur à découvrir.
Sur son compte twitter, le président de l’Union des Comores, Azali Assoumani, avait indiqué que l’archipel des Comores se renouvelle et se redynamise. Il avait invité ses citoyens de suivre cette rencontre. « Suivez ici la Conférence des Partenaires au Développement des Comores les 2 et 3 Décembre « !
La première journée était principalement destinée aux investisseurs publics et institutionnels alors que la deuxième journée a donné des détails sur les possibilités offertes aux investisseurs privés à travers de nombreux projets de Partenariats Public Privé (PPP). La conférence visait également à mobiliser des sources de financement non traditionnelles et innovantes telles que les fonds souverains.
Ces deux journées intenses ont permis de découvrir les atouts nombreux de l’archipel, un pays stable et ouvert sur le monde, offrant un cadre juridique et fiscal attractif, des ressources humaines formées et plurilingues ainsi qu’un cadre de vie exceptionnel, entre mer et montagnes.
Investir dans une série de projets phares et de projets structurants
Afin de s’imposer comme un pays émergent dans une dizaine d’années, le Plan Comores Emergent est composé d’une série de projets à fort potentiel qui vont permettre de déployer les infrastructures nécessaires au développement du pays (infrastructures de transport maritime et aéroportuaire, plans d’urbanisation, construction de routes, transition énergétique, infrastructures de santé) de même que des axes stratégiques de développement, notamment dans le secteur touristique (multiplier par 6 le nombre de touristes d’ici 2030 pour représenter 10 % du PIB en 2030) et le secteur financier (assurer la montée en puissance de la place financière de Moroni).
Le pays a consenti à de nombreux efforts pour augmenter son attractivité auprès des investisseurs et bailleurs de fond. Ces dernières années, plusieurs réformes ont été engagées pour assainir le cadre macroéconomique et améliorer le climat des affaires (code des investissements attractifs, loi sur les PPP, loi sur la concurrence, tribunal arbitral du commerce, code des marchés publics, cour d’arbitrage et de médiation, Guichet unique, etc.).