Attentat manqué en Turquie en juillet 2016 : Une année après, l’Ambassade de Turquie en Guinée fait le point

Le 15 juillet 2016, la République Turcs dirigé par  Recep Tayyip Erdogan  a été victime d’un attentat déjoué, orchestré selon eux par l’opposant farouche  Fethullah  Gulen, exilé aux Etats-Unis depuis plusieurs années.  Lors de cet évènement tragique, de nombreux dégâts ont été enregistré, à savoir, le parlement,  le palais présidentiel, l’hôtel où séjournait le président.

Pour se souvenir  de  la tragédie, l’Ambassadrice de la République Turcs en Guinée, son excellence  Nur Sagman  a tenu une conférence  de presse, ce vendredi, 14 juillet  dans les locaux de son institution à Taouyah dans une banlieue de Conakry.  A l’occasion, la diplomate Turcs  a indiqué « vous devez savoir que nous luttons toujours pour surmonter le traumatisme de cette menace existentielle qui a secoué notre pays »

   Pour l’historique de l’attentat  

Une journée pathétique  pour le peuple Turcs, pour commémorer cette journée noire,   l’Ambassadrice nous  raconte, le 15 juillet n’était pas un putsch militaire typique, ce jour nous avons vu les avions de chasse survoler Ankara et Istanbul, nous avons tout de suite compris que quelque chose de mal se passait. Au cours  des heures qui ont suivi, ce sentiment s’est intensifié lorsque  nous avons compris que ce qui se passait était plus qu’un coup d’état militaire et que les auteurs de cette horrible attaque étaient réellement les disciples de Fethullah Gulen, l’homme qui se considère comme étant « l’Imam de l’Univers »

Poursuivant l’historique de l’attentat sanglant, elle martèle, la brutalité et la trahison que les putschistes ont affichés cette nuit-là, était de taille. C’est pour vous dire, c’est le pire acte de terreur jamais vécu dans l’histoire de la Turquie.

Les destructions enregistrées   

Pendant cette journée lamentable  pour les citoyens Turcs, les disciples de celui qu’on appelle ‘’Imam’’  Fethullah Gullen, ont utilisé du matériel militaire de l’Etat contre des  civils innocents qui sont dans la rue pour défendre leurs institutions démocratiques, affirme la diplomate Turcs en Guinée, Nur Sagman.

Le bilan fait état de plusieurs militaires tué, au total 250 personnes  ont perdu leur vie et 2000 citoyens Turcs ont été blessé. En plus, les assaillants voulaient ôter la vie du président et du premier ministre. Selon l’Ambassadrice, les puctshistes ont utilisé les avions de chasse pour bombarder le parlement Turc, le palais présidentiel également, le quartier général national du renseignement, le quartier général des forces spéciales dans le but de subjuguer la résistance contre eux.

Dossiers  devant les tribunaux

Après une année d’enquêtes administratives, criminelles et judiciaires approfondies, il s’est avéré 78 affaires judiciaires en cours dans 23 provinces différentes en ce qui concerne les auteurs.

Pour renchérir, la diplomate souligne que plus de 300 établissements fermés ont été rouverts. Plus de 30 000 fonctionnaires ont été réintégrés par le biais de conseils d’administration.

En conclusion, l’homme Fethullah Gullen, qui est accusé d’être à la base de cette tentative d’attentat, avait reçu à infiltrer ses hommes dans les services du pays. Il avait également de nombreuses ONG, entreprises ainsi que des écoles à l’image de Citadelle, à en croire l’Ambassadrice.

Mamadou 3 DIALLO pour afriquevision.info/ contact@afriquevision.info

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *