Afrique subsaharienne : le Sénégal champion de la transparence budgétaire, selon le FMI

Au Sénégal, la digitalisation des services de l’administration est aujourd’hui l’un des facteurs de réussite en matière de bonne gouvernance. 

Au Sénégal, la digitalisation des services de l’administration est aujourd’hui l’un des facteurs de réussite en matière de bonne gouvernance. (Crédits : DR.)

Le ministre sénégalais de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba, a indiqué cette semaine que le Sénégal est le seul pays en Afrique francophone à s’être porté volontaire pour une évaluation de la transparence selon le Code du Fonds monétaire international.

Le ministre sénégalais de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba, n’a pas hésité cette semaine à mettre en avant la transparence budgétaire qu’affiche son pays depuis quelques années. Alors qu’il participait à un atelier consacré au sujet à Dakar, le membre du gouvernement a soutenu que son pays a beaucoup évolué sur cet aspect et reste à ce jour le seul pays d’Afrique subsaharienne ayant un cadre de gestion des finances publiques de tradition francophone à s’être porté volontaire pour une évaluation de la transparence selon le Code du Fonds monétaire international (FMI).

Cette ouverture affichée par le Sénégal lui a permis, a souligné le ministre, de se voir placé dans la moyenne des Etats de niveau de revenus et de capacités institutionnelles similaires. Dans le classement de l’indice sur le budget ouvert du FMI, le pays occupe la première place en Afrique subsaharienne avec un score de 51 points sur 100, supérieur à la moyenne mondiale.

Une volonté politique inscrite dans la pratique

Pour réussir à obtenir ces résultats, il a fallu de la part des autorités sénégalaises une volonté politique manifeste d’inscrire la transparence budgétaire dans les pratiques. D’abord, le pays a transposé depuis 2012 dans son droit positif interne qui fixe les règles et principes d’une gestion transparente des deniers et affaires publics, une directive portant Code de transparence dans la gestion des finances publiques de l’UEMOA.

Ensuite, le ministère en charge de l’Economie et des finances a mis à la disposition du public «une documentation budgétaire économique et financière fournie accessible via le portail du ministère chargé des Finances et les sites métiers de la Direction générale du Budget, de la Direction des prévisions et des études économiques (DPEE) et des régies financières», indique Amadou Ba.

Il faut également rappeler que le Sénégal s’est inscrit depuis 2017 à la Norme spéciale de diffusion de données (NSDD), devenant ainsi le quatrième pays d’Afrique après l’Afrique du Sud, l’île Maurice et les Seychelles et le premier de la zone UEMOA à adhérer à cette norme définie par le FMI.

afrique.latribune.fr